Athlétisme/CAA

Kalkaba : « Covid-19 a eu un impact significatif sur le sport en Afrique »

Le président de la Confédération africaine d'athlétisme (CAA), M. Hamad Kalkaba Malboum, a affirmé que la pandémie de Covid-19 a eu un impact significatif sur le sport en Afrique.

kalbaaa

«Pendant cette pandémie, comme dans le reste du monde, toutes les activités ont été interrompues en raison des restrictions nationales», a indiqué M. Kalkaba au site de world athlétics, en précisant que «La seule exception était le Togo, où nos athlètes AADC (African Area Development Centers) ont pu continuer à s'entraîner car ils vivaient tous à l'intérieur du centre au stade national de Kégué » a-t-il ajouté.

«Dans certains pays, comme Maurice, les athlètes ont pu reprendre l'entraînement le 1er juillet. Il existe plusieurs athlètes expatriés dans nos différents centres d'entraînement, mais ils ont pu rentrer chez eux avant de revenir en septembre pour reprendre l'entraînement à la reprise de la saison d'athlétisme.

«Dans d'autres pays, la plupart des athlètes ont pu s'entraîner à domicile, et certains avec leur entraîneur personnel. Mais notre principal conseil à toutes les fédérations membres était de respecter les décisions de leurs gouvernements de protéger leur santé. »

Concrètement, cela signifie que les grands groupes d'athlètes d'élite d'endurance au Kenya et en Éthiopie, par exemple, n'ont pas pu fonctionner normalement. Au lieu de s'entraîner en tant que grande équipe, la plupart ont dû trouver des moyens de travailler dans des groupes beaucoup plus petits..

Et ce ne sont pas seulement les modalités de formation qui ont été affectées. Comme cela a été le cas dans de nombreux autres pays du monde, les compétitions ont été annulées et les opportunités de gains pour les athlètes ont été considérablement réduites.

La CAA a dû reporter deux championnats continentaux et elle travaille toujours avec World Athletics et Athletics Kenya pour trouver de nouvelles dates pour les championnats du monde U20 à Nairobi.

"Nous avons parlé aux présidents régionaux pour savoir ce qui se passait dans chaque zone, et ils nous ont informés que toutes les compétitions ont malheureusement été suspendues", a précisé M. Kalkaba.

«En consultation et en accord avec les pays hôtes, nous avons également reporté nos grandes compétitions. Nous avions prévu deux championnats continentaux pour 2020: les Championnats d'Afrique de Cross-Country à Lomé, au Togo, et les Championnats d'Afrique à Alger. Nous envisageons maintenant d'accueillir les Championnats d'Afrique de cross-country en mars 2021 et les Championnats d'Afrique en juin 2021, afin que les performances puissent compter pour les qualifications olympiques. Mais tout dépend de l'amélioration de la situation », a-t-il fait savoir.

Le Kip Keino Classic, une réunion mondiale du circuit mondial d'athlétisme Gold, devrait avoir lieu à Nairobi le 26 septembre, et pour de nombreux athlètes impliqués, il pourrait s'agir de leur seule compétition en 2020. Mais après un début d'année difficile, il offrira également une lueur d'espoir aux athlètes africains qui ont un œil sur la qualification pour les Jeux Olympiques de l'année prochaine.

"En 2021, l'objectif principal de nos meilleurs athlètes sera de se préparer et de se qualifier pour les Jeux olympiques, bien qu'en ce moment le calendrier de l'année prochaine semble assez pauvre", a avoué M. Kalkaba.

"Au cours des dernières semaines, nous avons vu des athlètes en Europe revenir aux compétitions et aux installations d'entraînement, alors j'espère que cela ne prendra pas longtemps avant que les gouvernements africains prennent des décisions similaires qui permettront à nos athlètes de faire de même." a-t-il souhaité.

Les moyens de subsistance étant gravement affectés par la pandémie, la CAA s’est efforcée d’obtenir un financement supplémentaire pour les meilleurs athlètes africains.

"Pour nos meilleurs athlètes, il leur a été très difficile de gagner leur vie", a-t-il dit, en précisant que «Plusieurs athlètes ont heureusement bénéficié du fonds créé par World Athletics.

La CAA travaille également à la mise en place d'un fonds permanent de soutien au sport dans l'éventualité où nous ferions face à une pandémie à l'avenir. Nous avons donc fait une proposition à l'Union africaine et à l'ANOAA (Association des académies nationales olympiques d'Afrique) pour garantir que notre le sport ne soit pas compromis si de telles catastrophes se reproduisent. »

Comme cela a été le cas avec d'autres associations de la région, la CAA a adapté sa façon de travailler au cours des derniers mois, et l'utilisation accrue de la technologie a été très présente.

"Notre dernière réunion du Conseil s'est tenue sous forme de vidéoconférence, avec le soutien de World Athletics, et cette initiative a été très appréciée", a souligné M. Kalkaba.

«En outre, des webinaires et des cours en ligne ont été organisés dans divers centres nationaux de formation, notamment à Nairobi, Dakar et Le Caire. Cependant, certains cours nécessitent une formation en face à face, mais nous espérons les mettre en œuvre d'ici la fin de l'année.

«Des journalistes d'Afrique francophone ont lancé un forum auquel les dirigeants, entraîneurs et athlètes ont été invités, dont la sprinteuse Marie Josée Ta Lou, le triple sauteur Hugues Fabrice Zango, l'heptathlète Odile Ahouanwanou et l'entraîneur ivoirien Anthony Koffi. Ils ont partagé des opinions sur l'état de notre sport pendant cette pandémie et ont échangé des idées. »

Il faudra peut-être un certain temps avant que l'Afrique - et, en fait, le reste du monde - ne se remette complètement des effets de la pandémie de Covid-19, a estimé M. Kalkaba qui e dit déterminé à mettre en œuvre des mesures pour s'assurer que l'athlétisme sur le continent soit prêt à toute éventualité.

Jon Mulkeen pour World Athletic