Athlétisme/Afrique/CAA

Les championnats d’Afrique 2021 d'Alger auront lieu un mois avant les J.O de Tokyo

Les championnats d’Afrique d’athlétisme prévus au mois de juin prochain à Alger et reportés en raison de COVID 19, auront lieu un mois avant les Jeux Olympiques de Tokyo de 2021, a annoncé vendredi M. Hamad Kalkaba Malboum, président de la Confédération Africaine d’Athlétisme (CAA).

Klakaba

« La 22e édition des championnats d’Afrique initialement programmée du 24 au 28 juin prochain à Alger et reportée pour l’année prochaine aura lieu un mois ou quarante (40) jours avant les Jeux Olympiques de Tokyo prévus du 23 juillet au 08 août 2021 » a indiqué M. Kalkaba lors d’une vision-conférence organisée par le Comité des Médias pour la Promotion de l'Athlétisme en Afrique de l'Ouest (COMPAAO).

« La date qui sera prise avec les autorités algériennes permettra à certains de nos athlètes d’aller chercher une qualification pour les J.O et pour d’autres de bénéficier d’une compétition en plus » a précisé le président de la CAA qui s’exprimait sur le thème ‘’La CAA face à la pandémie de la pandémie COVID-19’’, tout en soulignant que la bonne formule sera arrêtée en concertation avec le comité local d’organisation de ces championnats.

Tout en reconnaissant la difficulté des athlètes à se préparer convenablement, en cette période de pandémie, M. Kalkaba a fait savoir qu’il effectuera une visite en Algérie au moment opportun, non pas pour inspecter les installations sportives seulement, mais rencontrer les autorités algériennes, les remercier pour leurs soutien et encouragement. « L’Algérie est une grande nation de l’athlétisme et lors de ma prochaine visite j’aurais le plaisir de rencontrer un grand champion du monde Noureddine Morceli devenu secrétaire d’Etat chargé du sport d’élite » a-t-il souligné.

Les championnats d’Afrique de cross-country prévus le 8 avril dernier à Lomé au Togo, auront lieu l’année prochaine juste avant les championnats du monde de la spécialité qui se dérouleront le 20 mars 2021 à Bathurst en Australie, a ajouté concernant les compétitions au programme de la CAA.

«Lomé accueillera les championnats à une date qui sera fixée en commun accord avec les responsables de la fédération togolaise de manière à faire de la compétition un test pour nos athlètes en prévision des mondiaux de cross-country » a détaillé M. Kalkaba.

L’Algérie est parmi les pays en mesure d’organiser des mondiaux

Evoquant les capacités organisationnelles des pays africains, le président de la CAA a insisté pour dire que certains pays ont largement les moyens d’abriter des championnats du monde d’athlétisme de 2025.

« Les pays comme l’Algérie, le Kenya, l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Maroc et le Nigeria ont des potentialités économiques et sportives pour organiser les championnats du monde d’athlétisme » a tenu à dire le président de la CAA, avouant que « nous devons travailler dans cette option, car notre continent avait abrité avec succès les mondiaux des U18 et les championnats du monde cross respectivement par le Kenya et le Maroc ».

En revenant sur le report des mondiaux des U20 qui devaient se dérouler à Nairobi cet été, M. Kalkaba a regretté leur report qu’il considère comme ‘’un préjudice par une force majeure’’.

« Nous devions accueillir les mondiaux des U20 à Nairobi dans l’optique des championnats du monde de 2025, mais cette pandémie avait, tout remis en cause » a-t-il dit en faisant savoir que les mondiaux U18, le stade de Kasarani de Nairobi affichait 60 000 spectateurs.

En ce sens le président de la CAA se félicite du développement enregistré par l’athlétisme en Afrique ces dernières années.
« Lorsque je suis arrivé à la tête de la CAA, 27 pays africains ne disposaient pas de piste d’athlétisme, alors qu’actuellement tous les pays ont construit des stades avec des pistes » a-t-il précisé, sans oublier de souligner la progression enregistrée par nos athlètes dans certaines épreuves techniques, comme les lancers de javelot, le triple saut et la longueur.

« Il est important aussi que les infrastructures réalisées soient pleinement utilisées avec l’organisation des championnats nationaux pour assurer le développement de notre sport et exploiter les installations  » a-t-il conseillé, en insistant pour dire que la relève doit assurer à notre continent toutes ses chances aux Jeux Olympiques.

Abordant la pandémie du COVID-19, M. Kalkaba a indiqué : « Nous traversons une période très difficile pour tout le monde pas seulement le sport qui doit vivre dans cet environnement et s’adapter et prévoir l’avenir avec optimisme », ajoutant « Il est évident que nous sommes en berne, nous n’avons plus pratiquement d’activités et nous devons nous conformer naturellement aux dispositions que les gouvernements ont pris face à cette pandémie. Nous ne pouvons plus organiser les compétitions ni au niveau mondial, ni en Afrique», a reconnu le président de la CAA.

Sur le plan financier, il regrette la convention de partenariat signée avec une firme espagnole qui n’a pu être concrétisée en raison de l’annulation de toutes les compétitions.

Concernant l’accompagnement des athlètes il a indiqué que la CAA n’a pas de ressources pour aider nos sportifs qui doivent notamment en ces temps respecter les consignes pour être à l’abri de la maladie».

Parlant de l’aide aux athlètes professionnels, lourdement pénalisés par l’annulation des compétitions, M. Kalkaba a assuré que la fondation internationale de l’athlétisme a dégagé 500 000 dollars pour ces athlètes qui ont un manque à gagner et que la répartition se fera en fonction des 20 ou 30 premiers mondiaux, selon le ranking de World Athlétics.

« Au sein du groupe de travail chargé de cette répartition, notre représentant, Hicham El Gueroudj défendra notre cause de faire bénéficier, aussi les 10 premiers africains », a-t-il révélé, en souhaitant que cette situation soit dépassée bientôt.

« Une fois cette pandémie dépassée nous allons discuter avec nos structures de la stratégie à adopter pour surtout rattraper le retard accusé » a encore dit le président de la CAA qui n’a pas manqué de remercier le COMPAAO pour cette louable initiative, ainsi que tous les participations a cette visioconférence.

Mohamed ZEMMOUR