Décathlon: Jeux Olympiques 2016

Larbi Bouraada abandonné: la vérité de Ahmed Mahour Bacha (son coach)  

Afin d`apporter toute la lumière sur cette affaire que certains essayent d`étouffer à tout prix, à travers leurs journalistes de service, voici les faits a écrit Ahmed Mahour Bacha son entraîneur sur sa page facebook.

Tôt le matin de la première journée du Décathlon, le DTN de la FAA avait commandé auprès du COA, une des nombreuses voitures mises à la disposition de la délégation Algérienne, afin qu`à la fin du 400m soit à 21h30, Larbi et mon assistant Hocine Mohamed ainsi que le kiné de la FAA puissent se déplacer rapidement vers une clinique privée qui propose des moyens de récupération, notamment le fameux ``TECAR Therapie ``, que les dirigeants de l`USMA ont toujours mis à notre disposition à Alger, chaque fois que nous en avions besoin.
Cette clinique itinérante Italienne s`est installée à Rio juste pour les jeux Olympiques, afin de gagner de l`argent et de faire de la publicité pour ses appareils de régénération. On pouvait croiser dans cette clinique de nombreuses stars du sport mondial dont Usain Bolt. Le COA a donc signé un accord avec cette firme afin que nos athlètes et d`autres puissent s`y soigner et récupérer.
Une fois le 400m terminé, point de voiture, au grand désarroi de l`athlète et de tout ceux qui ont bien voulu rester tard au stade auprès de nous [ Le DTN, Benida Amar ainsi que nos médaillés olympiques Hammad Abderahmane et Said Guerni Djâbir].
La décision fut prise à 23h de rentrer au village Olympique par la navette puis de prendre un moyen de transport vers la clinique. Mlle Guidouche Zhor , membre du COA, outrée par cette situation a permis le déplacement en payant le taxi vers la clinique. Je tiens à la remercier.
Larbi a rejoint sa chambre au village aux environs de 01h15 du matin. Nous nous sommes réveillés à 04h30 du matin pour un premier échauffement [ le classique douloureux réveil matinal que les décathloniens et leurs entraineurs détestent].
Voila la vérité, rien que la vérité, toute la vérité.
Quand à la voiture commandée, et bien elle avait été réquisitionnée pour la soirée et la nuit par deux officiels de la délégation.